Les deux sections Sencenac et Puy de Fourches ont fusionné le 11 novembre 1829. Avant cette date, Puy de Fourches faisait partie de Biras.
Sencenac a eu plusieurs appellations au XIIème siècle Cenzenac, au XVIIème siècle Saint Senat puis Seinsenac en 1732.

L’église Saint-Symphorien bâtie au XIIème – XIIIème siècle avec croit-on, des pierres de récupération d’un temple romain, dont il ne subsiste qu’une colonne, abrite le petit bourg tranquille de Sencenac. Tout au fond, une jolie fontaine possède d’après la légende la vertu de guérir certaines maladies infantiles (jambes croisées).
Sencenac appartenait au XVIème siècle au roi Henri de Navarre et devint la propriété de Pierre Charron trésorier de Catherine de Navarre sœur du roi, le 08 avril 1579.
On peut encore voir des anciens repaires manoirs ou chartreuses comme le Teyrat, la Vialle, la Borie Fricart ou le Ladoux.

Puy de Fourches a aussi eu plusieurs appellations : Podium Furcarium en 1392 et Puy de Forchas en 1460. Etant le point culminant de la châtellenie de Bourdeilles on pouvait y voir de loin les fourches patibulaires et les pauvres pendus.

Le village de Puy de Fourches, avec sa nouvelle mairie, son école et sa salle polyvalente, s’étage autour de l’église Notre-Dame créée pense-t-on, par les Templiers qui possédaient un couvent dans les bâtiments attenants à l’église.

En 1688 l’église ne possède qu’un ciboire en étain, pas d’ostensoir, pas de presbytère et le devant menace ruine. Elle subit au fil des siècles de nombreuses transformations jusqu’à ces dernières années ou une rénovation intérieure et extérieure, lui donne avec ses magnifiques pierres blanches, une nouvelle jeunesse.
Devant l’église, une petite place qui succède à l’ancien cimetière, forme un observatoire d’où l’on perçoit les horizons du Limousin et par un temps très clair la ligne des Monts d’Auvergne.


En poursuivant votre navigation sur ce Site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de ce site et de ses services.